Les premiers regrets publics de Trierweiler sur son tweet

le
5
«Je n'avais pas encore réalisé que je n'étais plus seulement une simple citoyenne», confie la première dame à propos du message de soutien à Olivier Falorni, tombeur de Ségolène Royal aux législatives.

Valérie Trierweiler sort de son silence. Trois mois et demi après «l'affaire du tweet», qui avait provoqué une vive polémique au sommet de l'État, la première dame exprime pour la première fois ses regrets dans un entretien à Ouest-France. Elle y qualifie d'«erreur» le message de soutien envoyé au dissident PS Olivier Falorni, l'opposant victorieux face à Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle. «Je regrette, explique-t-elle. J'ai été maladroite puisque cela a été mal interprété. Je n'avais pas encore réalisé que je n'étais plus seulement une simple citoyenne. Cela ne se reproduira pas. Quant à ce que, François et moi, nous nous sommes dit, cela relève «des affaires privées» et restera donc privé!»

La compagne du président s'étonne également du «traitement disproportionné» de l'affaire. «Certains journalistes reconnaissent aujourd'hui en avoir beaucoup trop fait». Mi-juin, un mois seulement après la prise de fonction de François Hollan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chr.serv le mercredi 3 oct 2012 à 12:44

    la pe ta ce de MERLHANDE a des regrets ?? non vise un poste pour sa retraite aux frais des contribuables serait plus juste !!!

  • lolin le mercredi 3 oct 2012 à 11:24

    Jaloux!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • frk987 le mercredi 3 oct 2012 à 09:54

    Il est aussi nul pour choisir ses maitresses que pour gouverner le pays.

  • v.mart10 le mercredi 3 oct 2012 à 09:33

    la maitresse du président-ordinaire a parlé...........

  • M1531771 le mercredi 3 oct 2012 à 09:26

    On s'en tappe et ce n'est pas ça qui a fait que royal a été éjectée... Plus personne ne veut de cette fillette capricieuse !!! C'est tout !