Les premiers ratés de la complémentaire santé pour tous

le , mis à jour à 07:32
5
Les premiers ratés de la complémentaire santé pour tous
Les premiers ratés de la complémentaire santé pour tous

C'est l'heure du premier bilan. Alors que Marisol Touraine défend à nouveau à l'Assemblée nationale son dernier projet de loi de financement de la Sécurité sociale, Mercer, leadeur mondial du conseil en ressources humaines, santé et prévoyance, a évalué les effets de l'une des mesures phares de la ministre de la Santé : la complémentaire santé pour tous les salariés. Un bilan dressé sur la base des actes médicaux facturés au 1,6 million de salariés des 2 000 entreprises françaises que conseille Mercer.

 

Premier constat : l'arrivée des contrats « responsables » — qui plafonnent les remboursements — et la généralisation de la complémentaire santé en janvier 2016, se sont souvent soldées pour les patients par une baisse des remboursements. Selon Mercer, la somme restant à la charge du patient pour des honoraires facturés à l'hôpital passe de 8,40 € en moyenne en 2015 à 16,90 € un an plus tard, soit une hausse de... 101 % en un an. Le pire concerne les actes facturés par les spécialistes, qui pratiquent souvent des dépassements d'honoraires. La baisse des remboursements prévue dans les contrats responsables a entraîné une envolée du reste-à-charge de... 130 % (4,60 €, contre 2 € en 2015) ! Pour la consultation du généraliste, la dérive est plus modeste mais atteint tout de même 19 %.

 

La tentation d'une surcomplémentaire

 

Certes, ces hausses concernent un faible nombre d'actes, puisque 95,6 % des factures étaient remboursées en totalité en 2015. Cependant, le nombre de fois où le patient y va de sa poche a quasiment doublé pour les actes de spécialistes. L'autre surprise concerne la réaction des assurés à ces déremboursements. « Entre 10 et 25 % des patients, selon les cas, ont changé de médecin pour aller chez un professionnel moins cher », assure Vincent Harel, directeur adjoint santé et prévoyance chez Mercer France. Une partie des patients s'est détournée des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 7 jours

    Au PS on a une belle brochette d'apprentis sorciers qui n'ont que leur doctrine à la bouche. Il s'aperçoivent avec stupeur des effets pervers après la mise en oeuvre de leur programme.

  • M7561905 il y a 7 jours

    gestion socialisante bravo; les patients ne se rendent même pas compte de la fourberie mais quand c'est Fillon alors c'est un scandale

  • M3471517 il y a 7 jours

    La faillite de la sécurité sociale était annoncé par Frédéric Bastiat pas moins d'un siècle avec sa mise en place. La lecture du texte est édifiant puisqu'il décrit exactement le processus auquel nous assistons. Si les gens dont le rôle est d'informer honnêtement avait fait correctement leur travail, ce fait serait connu de l'ensemble des français qui pourrait donc choisir entre l'euthanasie et un système de santé pérenne.

  • awsdf il y a 7 jours

    Mon dieu, +130%. C'est sur de 2 a 4,60 pour un specialiste c'est le drame. MDR. Il faudrait surtout supprimer cette obligation et laisser les gens choisir s'ils veulent etre couvert ou pas. Dommage qu'aucune complementaire n'offre le service de remboursement qu'au dela d'un certain montant, laissant une auto-assurance et reduisant les couts administratifs des petits actes

  • aiki41 il y a 7 jours

    Voilà où mènent les idées géniales de la gauche et d'aucuns ne souhaitent pas moderniser la sécurité sociale mais garder l'existant tel quel. Nous assistons petit à petit à la mort de la SS. Et dire que d'aucuns critiquent la proposition de Fillion en arguant que les français en seront les grands perdant : ils pleurent déjà avant d'avoir mal.