Les Préfectures délivrent rarement des interdictions de manifester

le
0
Les deux manifestations envisagées ce week-end à Paris ont été refusées en raison d'un contexte difficile ainsi que d'une présomption d'atteinte à l'ordre public.

En France, toute utilisation du domaine public pour y organiser des manifestations à caractère revendicatif ou festif doit faire l'objet d'une demande auprès de la préfecture de police qui examine et étudie le projet.

En l'espace d'une semaine, deux demandes de manifestations ont été refusées dans la capitale, l'une au Trocadéro, la seconde devant la Grande Mosquée. Celles-ci voulaient faire écho au film islamophobe L'Innocence des musulmans ainsi qu'à la publication des caricatures de Mahomet par l'hebdomadaire Charlie Hebdo.

Des formalités exigeantes

Dans le cadre des manifestations à caractère revendicatif, la demande d'autorisation doit se faire de trois à quinze jours avant la date de l'évènement. Un rendez-vous en préfecture est nécessaire. Si c'est une manifestation à caractère «festif, sportif, commercial, caritatif ou culturel», la déclaration doit se faire au moins un mois avant, si elle ne mobilise pas une foule dite «importante», comme lors de grand

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant