Les Polonais préfèrent Jean-Paul II

le , mis à jour à 06:53
0
Les Polonais préfèrent Jean-Paul II
Les Polonais préfèrent Jean-Paul II

Dans la vieille ville de Cracovie, les drapeaux ornés des portraits d'inspiration warholienne de Jean-Paul II et de François virevoltent côte à côte. Mais dans le coeur de Kasper, Polonais de 16 ans, ces deux papes ne sont pas sur un pied d'égalité. Lui, cet ado de la génération... François préfère « largement » son « compatriote » Jean-Paul II. Il n'avait pourtant que 5 ans quand l'ex-archevêque de Cracovie, chef de l'Eglise catholique durant plus d'un quart de siècle, a rejoint — suppose-t-il — le paradis. Il parle au présent de l'inventeur, en 1986, des JMJ. « Il est plus charismatique que François, il communique mieux avec les jeunes, il a plus d'expérience, une histoire plus riche, il a aussi combattu le communisme », déclare-t-il. Et de confesser qu'il ne partage « pas à 100 % les idées » de l'Argentin, notamment quand il est question des migrants.

 

Des prises de position qui froissent

 

Ici, à l'Est, dans un pays où 70 % de la population s'oppose à l'accueil des réfugiés, les messages répétés du Latino-Américain irritent une frange importante des fidèles mais aussi de l'épiscopat polonais. Ce n'est pas la seule pomme de discorde. La main tendue du souverain pontife aux homosexuels dérange également des croyants, ambassadeurs d'une Eglise parmi les plus conservatrices du Vieux Continent.

 

Alors dans les rues, les devantures des magasins, les clichés de « Jan Pawel II », l'homme du « N'ayez pas peur ! » et des 104 voyages à l'étranger, sont plus visibles que ceux de « Franciszek ». Et seul « Karol », prénom de Wojtyla, a droit, pour l'heure, à sa comédie musicale actuellement à l'affiche. « C'est le plus grand, c'est mon pape. Lors des JMJ en 2000 à Rome, je l'acclamais », se souvient Maciej, réalisateur de 34 ans domicilié à Varsovie.

 

Konrad, 26 ans, qui travaille dans le management, se veut plus diplomate. « On adore Jean-Paul II, mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant