Les politiques et Twitter, fin de la lune de miel ou mariage difficile?

le
0
Les politiques et Twitter, fin de la lune de miel ou mariage difficile?
Les politiques et Twitter, fin de la lune de miel ou mariage difficile?

Sept tweets et puis s'en va. L'ex-ministre socialiste Philippe Martin a fermé son compte Twitter pour retourner "faire de la politique" au lieu de passer son temps à la commenter.S'ils sont très présents sur le réseau social, les politiques français ont souvent du mal à en faire un outil de dialogue et d'échange. Philippe Martin l'avoue sans mal: à la base, il n'était pas fan de Twitter. Il s'y est mis une fois devenu ministre de l'Ecologie. Redevenu député au printemps, il a eu le "déclic" sur un marché dans le Gers.Ecoutant un marchand de volailles lui raconter ses difficultés due à une réglementation européenne, il s'est dit "ça je ne peux pas l'expliquer en 140 signes!", raconte-t-il à l'AFP.Du coup, il a fermé son compte fin novembre et publié sept tweets d'adieu, où il dit notamment son désir de retrouver "places publique" et "bistrots". "Pas mal de copains sont venus me voir en me demandant si je n'étais pas déprimé...", raconte-t-il en riant. D'autres se sont interrogés. Il trouve que Twitter est un réseau "très prenant" et "très égocentrique", moquant des collègues "fous de joie" parce qu'ils étaient "retweetés 43 fois". Et blague en racontant qu'il a sous le coude une compilation des "tweets auxquels vous avez échappé". Alors, les politiques ne se "défonceraient" plus à Twitter comme titrait il y a deux ans Les Inrocks?. "On sort de l'enfance, ils se professionnalisent", estime Mathieu Lerondeau, de l'agence Nestcouade. Pour preuve, les erreurs du type envoie d'un message privé ("Direct Message") à toute la planète comme cela était arrivé à l'ancien ministre Eric Besson, n'existent plus. Pour lui, maintenant, la question est plus de savoir si on passe d'un "outil de campagne" à un "outil de communication et de dialogue". Dialoguer et échanger, c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant