Les politiques climatiques sont bonnes pour la croissance

le
1
LES POLITIQUES CLIMATIQUES POURRAIENT DOPER LE PIB MONDIAL
LES POLITIQUES CLIMATIQUES POURRAIENT DOPER LE PIB MONDIAL

LONDRES (Reuters) - La production économique mondiale pourrait augmenter de 2.600 milliards de dollars par an (1.900 milliards d'euros) d'ici 2030 avec des politiques efficaces en matière d'énergie, de gestion des déchets et de transport publics, selon un rapport de la Banque mondiale publié mardi.

Selon cette étude, qui porte sur le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique, les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne, un passage à de faibles émissions de carbone dans les transports publics ainsi qu'une efficacité énergétique améliorée, notamment dans les usines et le bâtiment, pourraient augmenter le produit intérieur brut (PIB) mondial de 1.800 milliards de dollars, soit de 1,5%, par an à l'horizon 2030.

Et en cas d'augmentation des investissements financiers et technologiques, le PIB mondial s'en trouverait accru de 2.600 milliards de dollars ou 2,2% par an, toujours en 2030.

Des politiques climatiques bien pensées pourraient éviter au moins 94.000 décès prématurés par an dus aux maladies liées à la pollution, améliorer le rendement des cultures et empêcher l'émission de 8,5 milliards de tonnes de gaz à effets de serre, soit l'équivalent de 2,5 milliards de voitures retirées de la circulation.

Par exemple, si la Chine mettait en service 70 millions de cuisinières à faible émissions carboniques, elle pourrait éviter un million de décès prématurés liés à la pollution et en retirer près de 11 milliards de dollars en avantages économiques, lit-on dans le rapport.

En mars dernier, un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Gien) avait estimé que les effets du changement climatique pourraient faire baisser le PIB mondial de 0,2% à 2% par an.

Un sommet sur le climat doit se tenir le 23 septembre à New York à l'invitation du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. Il s'agira notamment d'avancer vers la conclusion d'un accord, en 2015 à Paris, par lequel tous les pays s'engageraient à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

(Nina Chestney; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 24 juin 2014 à 07:54

    Bullshit ! C'est surtout pour faire payer des impôts en plus.