Les politiques attendent le résultat de l'enquête sur le Mediator

le
0
Plusieurs anciens ministres, de droite comme de gauche, pourraient se retrouver en position délicate en fonction du développement des plaintes des victimes.

«Les victimes se réjouissent que les plus hautes instances de l'État prennent la mesure du scandale sanitaire», a expliqué mercredi Charles Joseph-Oudin, avocat au barreau de Paris, qui défend vingt-cinq victimes du Mediator, en réaction aux déclarations du président de la République en Conseil des ministres. «Elles sont touchées que le président semble préoccupé par leur situation. Et la question se pose aujourd'hui de leur justes et rapides indemnisations», a-t-il ajouté. Quelques heures avant le Conseil des ministres, l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, avait exigé au micro de RTL «clarté, transparence et responsabilité» sur le dossier du Mediator. Le député de Corrèze estimait notamment qu'il faudrait vraisemblablement une «réforme de l'agence du médicament (…) pour qu'il n'y ait aucun risque de conflit d'intérêts.» Mais, pour Hollande, il est trop tôt pour affirmer qu'il y a eu faute politique. «Il faut faire atte

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant