Les policiers toujours mobilisés pour exprimer leur ras-le-bol

le
0
Les policiers toujours mobilisés pour exprimer leur ras-le-bol
Les policiers toujours mobilisés pour exprimer leur ras-le-bol

Cinq cents policiers rassemblés dans la nuit à Béziers devant le commissariat; 200 devant la mairie d'Avignon, 700 à Lyon.... Malgré les promesses du gouvernement sur la fourniture de matériels et de moyens supplémentaires, la protestation des policiers qui demandent une réforme de la légitime défense reste forte. Ils sont maintenant souvent rejoints par des pompiers ou encore des policiers municipaux.  

C'était notamment le cas dans le défilé à Béziers où l'on pouvait lire sur les pancartes ou entendre: «Policiers en colère», «La racaille en prison» et «J'aime ma police». A Avignon, les manifestants ont entonné La Marseillaise devant l'hôtel-de-ville, sur la place de l'Horloge. Ils étaient deux fois plus nombreux que vendredi dernier. Ils ont été applaudis par une dizaine de pompiers qui avaient pris part au rassemblement. Auparavant une délégation de policiers avait été reçue par le préfet.

 

Policiers en colère sous la pluie à Avignon avec pompiers, infirmiers et surveillants de prison via @bleuvaucluse https://t.co/hiX2oo2BGQ

— Olivier Surles (@OlivierSurles) 5 novembre 2016

 

 

A Lyon, environ 700 policiers en civil, arborant pour certains leur brassard orange, ont défilé dans le centre-ville en entonnant La Marseillaise. Aux cris de «la racaille en prison, citoyens avec nous», les manifestants se sont rendus devant la préfecture avant de regagner la place Bellecour. Le cortège était suivi par une douzaine de véhicules officiels de police, gyrophare allumé et klaxon en action.

 

nullnull #Lyon Entre 800 et 1000 personnes ce soir pour la #ManifPolice. (null @DamienRieu) pic.twitter.com/y5zKvDzFxA

— Actu17 (@Actu17) 4 novembre 2016

 

 

Au Mans, une centaine de policiers en civil accompagnés de pompiers et d'une dizaine d'habitants ont également défilé dans la soirée, malgré une pluie battante. Partis du commissariat central, ils ont rejoint la mairie en chantant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant