Les policiers ont enfin le droit d'être barbus et tatoués

le , mis à jour le
0
Un policier à Montpellier. (Photo d'illustration)  
Un policier à Montpellier. (Photo d'illustration)  

Le policier qui vous sifflera cet été sur l'autoroute des vacances portera peut-être un tatouage au bras droit. L'interdiction qui était faite aux gardiens de la paix de porter une barbe ou de se faire tatouer le corps a été levée le 17 juin dernier, après deux longues années d'âpres négociations, apprend-on dans un communiqué de FO. Pour Yves Lefebvre, secrétaire national du syndicat de police Unité SGP Police-FO, chargé des conditions de travail, « si on veut une police au plus près de la population, il faut s'adapter aux évolutions de la société et rénover le règlement qui date de 1974 ». Avant la levée de l'interdiction qui fait suite à « une forte demande du terrain », les policiers n'avaient droit seulement qu'à une moustache bien taillée. Pour oser la barbe, il fallait frapper à la porte de son médecin traitant ou d'un spécialise afin d'obtenir un certificat médical, en bonne et due forme. Un morceau de papier pour justifier cette pilosité sur le visage.

Avoir la barbe « propre et bien taillée »

La nouvelle réglementation autorise, certes, la barbe et le tatouage, mais ne permet pas de faire n'importe quoi. Comme l'explique Yves Lefebvre à nos confrères du quotidien Les Échos, pour porter la barbe, le policier devra respecter deux conditions : avoir la barre « propre et bien taillée » car « on ne veut pas de barbes de légionnaires ». Par ailleurs, « les tatouages sont autorisés, à condition...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant