Les policiers municipaux réclament des armes

le
0
Longtemps rétives à cette idée jugée taboue, certaines mairies de gauche font leur révolution.

Ras le képi. Considérés comme la troisième force de sécurité du pays, les policiers municipaux ont la fâcheuse impression d'être exposés en première ligne à une délinquance toujours plus violente sans avoir les moyens de se défendre. Nombre de voix s'élèvent dans leurs rangs pour revendiquer le port d'arme au ceinturon. D'abord, parce que la profession endeuillée vient de commémorer à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) l'anniversaire de la mort d'Aurélie Fouquet, collègue de 26 ans fauchée d'une rafale de kalachnikov lors d'une fusillade déclenchée le 20 mai 2010 par des braqueurs endurcis sur l'A4. Ensuite, parce que le sujet refait surface dans le débat public à l'approche des échéances municipales.

Longtemps rétives à cette idée jugée taboue, certaines mairies de gauche font leur révolution. Ainsi à Grenoble, Michel Destot (PS) a finalement décidé d'armer sa ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant