Les policiers inquiets au sujet des enquêtes sensibles

le
0
Les policiers craignent que la directive européenne qui garantirait le droit d'accès des avocats aux pièces d'un dossier soit utilisée sans discernement.

«Une certaine justice a-t-elle décidé de saboter les enquêtes?» À Synergie-officiers, les policiers s'inquiètent de la décision du tribunal correctionnel de Paris d'annuler une garde à vue au motif que l'avocat du délinquant présumé n'avait pas eu accès au dossier de son client pendant son déroulement.

«On crée une insécurité juridique supplémentaire», se désole, pour sa part, Céline Berton, numéro deux du Syndicat des commissaires, qui se prend à espérer «que cette décision ne fasse pas jurisprudence». La police sait pourtant que la France doit transposer d'ici à l'été une directive européenne qui garantit le droit d'accès des avocats aux pièces d'un dossier «à n'importe quel stade de la procédure pénale», mais «pas n'importe quelle pièce, pas dans n'importe quelle enquête, ni dans n'importe quelles co...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant