Les polices du monde entier sur les traces d' «El Chapo»

le
0
Les polices du monde entier sur les traces d' «El Chapo»
Les polices du monde entier sur les traces d' «El Chapo»

Les polices du monde entier sont engagées dans un véritable «marathon» pour mettre la main sur le baron mexicain de la drogue, Joaquin «El Chapo» Guzman, évadé de sa prison de haute sécurité le 11 juillet dernier. 

Trois semaines après son évasion, le numéro deux de l'agence américaine anti-drogue, Jack Riley s'est dit «optimiste» sur l'arrestation du mafieux même s'il admet que la tâche ne sera pas facile. «C'est un marathon, pas un sprint», précise Riley, interrogé par téléphone depuis Washington, «une sorte du jeu du chat et de la souris». 

Un jeu dans lequel «El Chapo», chef du cartel de la Sinaloa, a déjà montré l'étendue de son talent. Après 13 ans de cavale c'est une information de la DEA qui permettra au Mexique de remettre le criminel derrière les barreaux. Depuis sa nouvelle évasion, les autorités américaines et mexicaines travaillent «main dans la main» pour le retrouver, selon Riley. 

Collaboration à l'échelle mondiale

La coopération avec le gouvernement d'Enrique Peña Nieto se fait à l'échelle mondiale. Les polices des quatre coins du monde entier travaillent sur le dossier, s'appuyant sur leurs réseaux informateurs et la surveillance électronique. Pour le moment le narcotrafiquant est soupçonné d'être caché dans son fief natal de la Sinaloa, au nord-ouest du Mexique. 

«Nous travaillons avec nos homologues mexicains et partageons des informations provenant d'Amérique centrale, d'Amérique du Sud, mais aussi d'Europe et d'Australie, afin d'avoir une vue d'ensemble», raconte Jack Riley. Pour lui, Joaquin Guzman a longtemps bénéficié du manque d'association entre les forces de l'ordre. «Nous n'avons jamais aussi bien coopéré ensemble. A la place d'«El Chapo», je surveillerais mes arrières.»

Comment expliquer cette soudaine solidarité ? Le poids du cartel de la Sinaloa et de ses ramifications internationales expliquent la nécessité de collaboration. Chaque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant