Les Pokémon indésirables à l'ossuaire de Douaumont

le
0
Les Pokémon indésirables à l'ossuaire de Douaumont
Les Pokémon indésirables à l'ossuaire de Douaumont

L'arène de Pokémon située dans l'ossuaire de Douaumont (Meuse) a été supprimée du jeu, a indiqué mardi la direction de ce monument érigé en mémoire des soldats tombés durant la Première Guerre mondiale à la bataille de Verdun.Le Pokéstop de la plaque célébrant l'historique poignée de main entre Helmut Kohl et François Mitterrand --où les joueurs pouvaient récupérer créatures et objets virtuels sur leur téléphone portable-- a lui aussi été supprimé, a précisé Elodie Farcage, chargée de la communication de l'ossuaire.Début août, le directeur, Olivier Gérard, s'était étonné, avec son équipe, de voir des visiteurs le nez collé sur leur téléphone. Jusqu'à ce que des joueurs lui expliquent que le bâtiment était transformé en arène, soit un lieu où les dresseurs de Pokémon peuvent faire s'affronter leurs équipes.Il avait alors déclaré qu'il allait tout faire pour que cette arène disparaisse.C'est chose faite depuis samedi, a précisé Mme Farcage, confirmant une information de l'Est Républicain. Dès vendredi, le directeur avait rempli le formulaire conçu spécialement par le développeur de Pokémon Go, Niantic, et disponible sur son site internet pour demander la suppression d'arènes et de Pokéstops gênants.Si l'ossuaire et la plaque commémorant la poignée de main entre le chef d'Etat allemand Helmut Kohl et son homologue français François Mitterrand en 1984 sont libérés des Pokémons, d'autres lieux de mémoire de la bataille de Verdun sont encore touchés.Le Mémorial de Verdun, notamment, n'a pas encore demandé d'interdiction du jeu sur son site. "Il y a une arène dans le musée, mais pas de réseau, donc les joueurs ne peuvent pas l'utiliser", a expliqué Emeline Villeseche, à la communication.Il n'est pas exclu de remplir le formulaire d'interdiction si, à terme, "des joueurs viennent faire combattre des Pokémon dans un lieu à la mémoire des soldats de Verdun", a-t-elle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant