Les poissons rapetissent à cause du changement climatique

le
0
La température anormalement chaude des océans demande plus d'oxygène à la biodiversité marine.
La température anormalement chaude des océans demande plus d'oxygène à la biodiversité marine.

La taille des poissons pourrait diminuer d'un quart pendant la décennie.


Le réchauffement climatique, qui augmente la température de l'eau et sa teneur en oxygène, entraîne un épuisement des ressources nutritives des poissons, déjà malmenés par la surpêche et la pollution. Ce n'est tout compte fait que la conclusion logique de tous les troubles causés par le phénomène : à partir du moment où l'océan n'est plus à même de délivrer les ressources énergétiques nécessaires au bon développement de la biodiversité marine, les poissons et autres invertébrés ne peuvent pas grandir normalement.


« Obtenir assez d'oxygène pour grandir est un défi constant pour les poissons et plus un poisson est gros, pire c'est », résume Daniel Pauly, biologiste au Fisheries Centre de l'Université de Colombie Britannique (Canada), interrogé par l'AFP. Et d'ajouter : « Un océan plus chaud et moins oxygéné, comme prédit avec le changement climatique, compliquera la tâche des poissons les plus gros, qui risquent de cesser de grandir plus tôt. »



Une menace qui va au-delà de l'écosystème


Les autres principales répercussions du réchauffement climatique comme l'acidification des océans et la réduction des nutriments dans les eaux de surface pourraient en outre s'avérer un facteur de réduction des stocks de poissons au même titre que la surpêche. « Nous allons voir des changements dramatiques dans les océans, des changements susceptibles de réduire la productivité », a alerté le professeur Callum Roberts, de l'Université d'York (Grande-Bretagne), interrogé par nos confrères du Guardian et qui rappelle qu'« un milliard de personnes dépendent du poisson pour les protéines animales primaires ». « Ce nombre va augmenter, en particulier dans les pays en développement (PED). Nous devrons nous attaquer à notre dépendance aux combustibles fossiles, sinon nous serons fichus », conclut-il.


Aux décideurs de se réveiller pour que sa terrible prédiction ne se réalise pas.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant