Les poètes aussi font du shopping et meurent dans une prise d'otages

le
0
Kofi Awoonor.
Kofi Awoonor.

Les poètes aussi font du shopping et meurent dans une prise d'otages. C'est ce qui est arrivé au grand poète ghanéen Kofi Awoonor. Son fils qui l'accompagnait a été blessé. Cet homme de 78 ans qui a été proche du premier président du Ghana Nkrumah et qui a été représentant de son pays aux Nations unies est considéré comme le poète de la dignité africaine. D'inspiration orale, sa poésie est très imagée, avec une préoccupation sociale et politique. Il regarde le pays et se sert de son paysage et son histoire pour le dire et s'adresser au peuple exploité et trahi par ceux qui prétendent faire son bonheur.

Promesse d'espoir est le titre de son dernier recueil à paraître en 2014. Il écrit en anglais. Voici une traduction d'un de ses derniers poèmes :

En traversant une nouvelle aube

Nous lisons parfois les lignes de la feuille verte

Nous passons nos doigts

Sur le bois lisse et précieux

Des arbres anciens

Il arrive que le coucher du soleil nous interpelle

Comme nous cherchons les lignes qui font voyager les nuages

Une trame avec toutes les couleurs

Telles que le premier artiste les a réunies

De nouveau ils dansent dans les rues

Le rire des enfants éclaire les maisons

Au bord de la mer

Les ruines des dernières tempêtes nous rappellent

La richesse de nos ancêtres

Richesse pillée, ravie, mise au mont de piété

Par un grand père irresponsable

Il vivait comme...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant