Les PME de la zone euro en manque de clients et non de crédits

le
1
LES PME DE LA ZONE EURO N'ÉPROUVENT PLUS DE DIFFICULTÉS D'ACCÈS AUX CRÉDITS
LES PME DE LA ZONE EURO N'ÉPROUVENT PLUS DE DIFFICULTÉS D'ACCÈS AUX CRÉDITS

FRANCFORT (Reuters) - Les petites et moyennes entreprises (PME) de la zone euro ont le sentiment, pour la première fois depuis 2009, de pouvoir avoir accès à davantage de crédits dont elles ont besoin, tout en éprouvant des difficultés à trouver des clients, montre une enquête publiée mercredi par la Banque centrale européenne (BCE).

Ces PME constituent l'ossature de l'économie de la zone euro et sont essentiellement dépendantes de prêts bancaires pour leur financement.

Depuis la crise financière 2007-2009 puis la crise de la dette de la zone euro qui s'en est suivie, la BCE n'a eu de cesse de faciliter l'octroi de crédits en abaissant ses taux à un niveau proches de zéro puis lançant cette année un programme de rachats d'actifs.

Et la BCE va encore assouplir sa politique monétaire d'une façon ou une autre jeudi, selon les résultats d'une enquête menée par Reuters auprès de plus de 50 économistes, beaucoup d'entre eux soulignant qu'elle ne peut pas faire marche arrière après avoir annoncé si clairement ses intentions depuis un mois.

L'enquête de la BCE, portant sur 11.226 entreprises avec la plupart d'entre elles employant moins de 250 personnes, montre qu'une majorité d'entre elles a fait état d'une disponibilité d'un montant de prêts bancaires supérieur à leur besoin au premier semestre 2015.

"L'écart de financement externe des PME de la zone euro qui mesure (...) la différence perçue entre le besoin de fonds externes et la disponibilité des fonds est devenu négatif (...) pour la première fois depuis 2009", a souligné la BCE.

Un quart des entreprises interrogées a dit que leur préoccupation principale était de trouver des clients. La pénurie de ces derniers explique, en partie, la réticence des PME à emprunter.

Seules 11% des sociétés sondées disent que l'accès à des financements est leur problème numéro un. Les autres soucis évoqués sont la régulation, la concurrence, les coûts de production ou l'absence de travailleurs qualifiés.

(Francesco Canepa, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ternisie le mercredi 2 déc 2015 à 11:53

    manque de clients: ils sont de plus en plus pauvre et taxés de plus en plus...