Les pleins pouvoirs de l'État « hollandais »

le
0
DÉCRYPTAGE - Il a l'?il sur tout. S'il repousse le modèle de l'omniprésidence, incarné par son prédécesseur Nicolas Sarkozy, François Hollande n'est pas du genre à se laisser aller à une présidence sous influence.

Il a l'½il sur tout. S'il repousse le modèle de l'omniprésidence, incarné par son prédécesseur Nicolas Sarkozy, François Hollande n'est pas du genre à se laisser aller à une présidence sous influence. Sous son apparent manque de dureté, le président ne laisse pas les autres décider pour lui ou sans lui. Et à y regarder de plus près, c'est un État «hollandais» qui s'est bien constitué.

Extérieurement, le gouvernement semble avoir été composé en fonction des sensibilités du PS. Mais le pouvoir réel est aux proches du président. François Hollande a usé à plein de la légitimité que lui a donné son élection au suffrage universel pour imposer les siens. Il déteste le conflit et ne travaille qu'en situation de confiance. C'est pour cette raison qu'il a choisi comme premier ministre Jean-Marc Ayrault, compagnon de route depuis une quinzaine d'années, plutôt que Martine Aubry, femme d'expérience gouvernementale.

Rebsamen évoqué pour la tête du PS

Aux pos

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant