Les planteurs de sucre brésiliens manquent d?argent

le
0

La récolte de l'année ne sera pas aussi bonne que prévue, et les planteurs de canne à sucre brésiliens vont avoir besoin d'emprunter.

Planteurs et transformateurs n'ont pas assez investi l'an dernier, un goulet d'étranglement qui tient à des motifs bureaucratique et à un défaut de crédit aux agriculteurs.
La production d'éthanol nécessite des volumes de cannes importants, mais la canne doit être replantée tous les cinq ans. C'est donc l'horizon de remboursement des emprunts pour les paysans. Or, l'an dernier, l'Etat n'a pas suffisamment soutenu la profession pour que le renouvellement des matériels et du capital biologique (les plants de cannes) s'effectue conformément aux objectifs. Quelque 15% des champs seulement ont été replantés en cannes à sucre, quand il en aurait fallu 17%. Un rattrapage est donc indispensable cette année. Il faudra replanter 20% des surfaces.

Mais comme le manque de canne pousse les prix à la hausse, des sociétés de crédit vont proposer quelques millions d'euros aux transformateurs. Ecoagro Securitizadora do Agronegocio a aussi annoncé qu'elle mettrait 40 millions de reals (20 millions d'euros) à disposition des planteurs. L'éthanol tiré de la canne a presque doublé de valeur depuis quatre ans, ce qui rassure les prêteurs.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant