Les plans contre le gaz à effet de serre jugés insuffisants

le
5
LES PLANS CONTRE LE GAZ À EFFET DE SERRE JUGÉS INSUFFISANTS
LES PLANS CONTRE LE GAZ À EFFET DE SERRE JUGÉS INSUFFISANTS

par Alister Doyle

OSLO (Reuters) - Les plans présentés jeudi par 140 pays pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre ne vont pas assez loin pour empêcher la planète de se réchauffer de plus de deux degrés Celsius, estiment des experts.

La date du 1er octobre avait été fixée comme date limite informelle pour présenter ces plans, censés constituer une étape vers un accord sur le changement climatique qui pourrait être conclu lors de la grande conférence sur le climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre.

Selon le Climate Action Tracker (CAT) mis en place par quatre groupes de recherche européens (Climate Analytics, Ecofys, NewClimate Institute et Potsdam Institute for Climate Impact Research), ces plans, s'ils sont mis en oeuvre, limiteront la hausse des températures à 2,7 degrés Celsius au-dessus des températures de l'époque antérieure à la révolution industrielle à l'horizon 2100, contre une hausse de 3,1°C estimée en décembre dernier.

Mais ce chiffre est donc clairement au-dessus d'une hausse de 2°C que les gouvernements ont acceptés comme seuil au-delà duquel la Terre se trouverait confrontée à diverses catastrophes (sécheresses, inondations et hausse du niveau des mers, etc).

"Nous sommes sous les trois degrés pour la première fois", a commenté Bill Hare de Climate Analytics, qui fait partie du CAT. "Nous sommes loin de là où nous devons être, mais c'est un signe que le processus peut marcher."

Il précise que la principale contribution provient du plan présenté en juin par Pékin, qui prévoit un pic de ses émissions liées au gaz carbonique, au pétrole et au gaz naturel aux alentours de 2030.

Selon Frank Melum, de Thomson Reuters Point Carbon, tous les émetteurs comptant pour plus d'un pour cent du total des émissions se sont conformés à la date limite du 1er octobre, à l'exception de l'Inde, de l'Iran et de l'Arabie saoudite.

L'Inde devrait présenter ses plans vendredi, anniversaire de naissance du père de l'indépendance, le Mahatma Gandhi.

Au total, les plans soumis jeudi couvrent 80% des émissions de gaz à effet de serre.

Les Nations unies ont indiqué qu'elles allaient agréger ces plans dans les prochaines semaines pour estimer leur effet.

Cette semaine, Climate Interactive, une ONG basée à Washington, a estimé, à partir d'hypothèses du CAT, que les plans présentés par les pays reviendraient à une hausse des températures de 3,5°C, contre 4,5°C si aucune action n'était prise.

(Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1539673 le jeudi 1 oct 2015 à 18:48

    Derrière le CAT 3 agences issue des universités hollandaises qui vendent leurs expertises aux gouvernements et autres et l'université de Postdam. Ce qui ramene la portée universelle de l'annonce Reuters à sa proportion, et peut être faire réfléchir au Climate Business. Ceci dit ce n'est peut être pas faux et les publications paraissent sérieuses

  • godardja le jeudi 1 oct 2015 à 18:21

    D'abord il n'y a pas un seul gaz à effet de serre mais plusieurs (ne pas oublier le méthane 1000 fois plus dangereux que le CO2). Nous sommes sur une pente nous menant vers un réchauffement d'au moins 3°C et on ne peut pas revenir en arrière à 2°C. La COP21 est donc un fiasco annoncé.

  • sidelcr le jeudi 1 oct 2015 à 17:53

    Une éruption majeure serait bien pire & on en parle pas car elle n'est pas taxable .

  • marcgiat le jeudi 1 oct 2015 à 17:50

    On ne pourra pas dire qu'on ne savait, quand il sera trop tard... Nos pauvres enfants...

  • dotcom1 le jeudi 1 oct 2015 à 17:43

    Fort de ce constat, il est inutile de maintenir la tenue du COP21 à Paris en décembre. Ce ne sera qu'une perte de temps et un surplus de gaz à effet de serre pour amener toutes les délégations pour rien.