Les places européennes terminent légèrement en hausse

le
0

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse jeudi, tandis que le dollar se stabilise, dans des marchés qui manquent de ressort et de direction claire en ce jour de fermeture aux Etats-Unis en raison de la fête de Thanksgiving.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,29% (13,35 points) à 4.542,56 points. Le Footsie britannique a progressé de 0,17% et le Dax allemand de 0,25%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,28%, le FTSEurofirst 300 0,26% et le Stoxx 600 0,31%.

La Bourse de Londres a été freinée par le repli de plusieurs titres dont le dividende a été détaché, dont Vodafone et BT.

Wall Street est fermée ce jeudi et fermera plus tôt que d'habitude vendredi, à 18h00 GMT.

Aux valeurs, Rémy Cointreau a pris 1,43% après avoir annoncé des résultats semestriels en nette hausse et son intention d'accélérer ses investissements pour toucher plus directement ses clients.

Pernod Ricard (-2,10%) a accusé en revanche le plus fort repli du CAC 40. Le titre est pénalisé, selon une source de marché, par des arbitrages des investisseurs en faveur de Rémy Cointreau.

Sur le plan économique en Allemagne, le climat des affaires est resté stable, à un niveau élevé, en novembre malgré des retombées encore incertaines de la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, et les chiffres définitifs du PIB ont confirmé une réduction de moitié de la croissance au troisième trimestre.

Sur le marché obligataire de la zone euro, les rendements de la dette souveraine, notamment des dettes faiblement notées, sont retombés en raison de la conviction croissante que la Banque centrale européenne prendra des mesures de soutien à la croissance et aux marchés si l'environnement politique se dégrade.

A une dizaine de jours du référendum constitutionnel en Italie auquel Matteo Renzi à lié son avenir, la BCE a mentionné dans un rapport une amplification des risques pour la stabilité financière de la zone euro, ce qui a été interprété comme une déclaration d'intention d'apporter son soutien si besoin.

Le vice-président de la BCE, Vitor Constancio, a déclaré de son côté que la banque centrale serait attentive à l'impact du référendum italien du 4 décembre.

Le dollar s'est stabilisé à ses plus hauts de plus de 13 ans et demi face à un panier de devises de référence. Face à l'euro, certains cambistes estiment que la parité est désormais à portée de main au lendemain d'une série d'indicateurs économiques meilleurs que prévu concernant l'économie américaine. Face au yen, le billet vert poursuit sa hausse, à un pic de huit mois.

"Rien ne semble devoir arrêter la hausse des rendements américains dans un avenir proche et je pense que les investisseurs vont poursuivre sur cette tendance pour le dollar", dit Michael Metcalfe de State Street Global Markets.

"Le seul risque serait que les perturbations des marchés en dehors des Etats-Unis, notamment sur les marchés émergents, arrivent au point d'inquiéter (la Réserve fédérale américaine qui envisage de relever ses taux)", dit-il.

Sur le front du pétrole, le Brent et le brut léger américain sont en légère hausse en attendant la réunion des ministres de l'Opep la semaine prochaine pour discuter d'une réduction de 4% à 4,5% de la production de la plupart des pays membres de l'organisation, Libye et Nigeria exclus. Le soutien de l'Irak et de l'Iran à cette proposition est loin d'être acquis.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant