Les places européennes évoluent en ordre dispersé à la mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS STABLE À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS STABLE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé lundi à la mi-séance, réagissant modérément à l'abaissement par Standard & Poor's des notes de neuf pays de la zone euro vendredi soir, dont la France, alors que les valeurs défensives sont recherchées.

La Bourse de Paris est stable (-0,09%) à 3.193,40 points, tandis que l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 prend 0,14%.

A Francfort, le Dax se démarque par une hausse notable (+0,51%), tandis que le FTSE londonien est quasiment inchangé (-0,03%). Les places milanaise et viennoise sont également stables (+0,07% et +0,03% respectivement). L'indice sectoriel des banques en Europe recule d'environ 0,3% en milieu de journée.

Les valeurs défensives tirent leur épingle du jeu, avec un gain de 0,79% pour l'indice Stoxx Europe 600 des pharmaceutiques et de 0,45% pour celui de l'alimentation et des boissons.

"Les superstitieux diront que vendredi 13 a porté malheur, les autres diront que c'est une information réchauffée: la France a perdu sans surprise son 'triple A', et neuf pays de la zone euro ont été dégradés. C'est une épée de Damoclès en moins", juge Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse France.

Le marché s'inquiète toutefois des conséquences de ces déclassements pour la note "triple A" du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble s'est voulu rassurant lundi, estimant que les 211 milliards d'euros de garanties allemandes pour le FESF étaient suffisantes.

De son côté, Moody's a répété lundi qu'elle examinait la perspective stable de la note Aaa de la France et qu'elle actualiserait les notes des pays de l'Union européenne au premier trimestre.

Par ailleurs, les inquiétudes des investisseurs autour de la zone euro sont alimentées par les négociations en Grèce sur la participation du secteur privé au deuxième plan d'aide à Athènes. Le Premier ministre grec Lucas Papadémos s'est déclaré confiant sur la possibilité d'aboutir à un accord.

Les marchés sont fermés ce lundi aux Etats-Unis à l'occasion du Martin Luther King Day et il n'y a pas d'indicateur majeur à l'agenda.

Avec Juliette Rouillon à Paris, Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant