Les places de Paris et Milan pour un Brexit rapide et favorable

le
1
    PARIS, 19 juillet (Reuters) - Les représentants des places 
financières de Paris et de Milan ont appelé mardi à une sortie 
rapide du Royaume-Uni de l'Union européenne, sur des bases 
favorables au développement de l'industrie financière sur le 
continent. 
    Réunis à Paris au siège de la Fédération bancaire française, 
les délégations française et italienne ont réclamé dans un 
communiqué commun "l'application du régime de pays tiers pour le 
Royaume-Uni (...) avec en conséquence la perte du passeport 
européen pour les entreprises situées au Royaume-Uni". 
    Le passeport européen permet actuellement à une banque 
non-européenne implantée à Londres d'opérer dans n'importe quel 
pays européen. Sa perte contraindrait cette même banque à 
déménager certaines activités de Londres vers d'autres capitales 
européennes. 
    Les lobbies de la finance française et italienne réclament 
également dans leur communiqué que le débouclage (clearing and 
settlement) des opérations en euro se fasse au sein de l'UE et 
que le siège l'Autorité bancaire européenne quitte Londres.  
    Paris et Milan, à l'instar de Dublin, Francfort, Amsterdam 
ou encore Luxembourg, essaient de se positionner au mieux pour 
récupérer une partie de l'activité qui pourrait quitter la City. 
    Malgré la pression de ses pairs européens, le nouveau 
gouvernement britannique dirigé par Theresa May n'a pour l'heure 
pris aucun engagement sur le calendrier envisagé pour déclencher 
l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui prévoit une période de 
deux années pour négocier le départ d'un Etat membre. 
 
 (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remi1235 il y a 5 mois

    Et le poker continue, on en est maintenant au turn : les britanniques qui veulent le beurre et l'argent du beurre, sont maître du "bouton", ils déclencheront l'article 50 quand ils le voudront, s'ils le veulent.... Il es t loin d'être sur qu'ils jouent leur "All in", car la menace est souvent bien plus forte que la réalisation elle-même.