Les pistes pour faire baisser le prix du permis

le
0
Les pistes pour faire baisser le prix du permis
Les pistes pour faire baisser le prix du permis

Il faut débourser 1 600 ¤ en moyenne pour 20 heures de cours pratiques obligatoires, au moins autant de théorie. A la clé, 40 % d'échec au premier passage d'examen et encore 98 jours en moyenne à attendre avant de retenter sa chance. Voilà le parcours classique et souvent cauchemardesque d'un candidat au permis de conduire. Pour rendre plus accessible le papillon rose, indispensable dans le monde du travail, le gouvernement veut faire de la place à de nouveaux acteurs : les auto-écoles sur Internet. C'est l'une des principales mesures évoquées lors des travaux préparatoires de la réforme du permis. Chez ces derniers, pas de locaux mais des cours théoriques sur ordinateurs pour préparer l'examen du code et la prise de rendez-vous pour les leçons de conduite se fait par smartphone. D'où la baisse des prix.

L'argument massue des écoles nouvelle génération : leurs tarifs. A partir de 675 ¤ pour le forfait à 20 heures de conduite chez Auto-école.net. « Nous sommes jusqu'à 40 % moins cher que nos concurrents, affirme Stanislas Llurens, l'un des fondateurs de cette société. C'est grâce à toutes les économies que nous réalisons en étant en ligne. Notre système nous permet d'avoir un seul local pour toute la région parisienne. »

Les auto-écoles classiques sont vent debout

Alors qu'une première société 2.0 fonctionne depuis un mois en Ile-de-France, ses concurrents traditionnels crient au scandale. Ils craignent une concurrence déloyale et un enseignement de la Sécurité routière au rabais. Vent debout, ils menacent même de bloquer Paris si le gouvernement persiste.

« Il ne s'agit pas d'avoir un local pour le plaisir, les salles de cours sont un outil pédagogique, fulmine Patrick Mirouse, vice-président de l'Ecole de conduite française (ECF). Chez ces nouveaux acteurs, les élèves qui auront une question devront-ils s'adresser à une plate-forme téléphonique ? Ce n'est pas sérieux. » La bataille sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant