Les pistes d'une gouvernance économique européenne 

le
0
L'idée de Nicolas Sarkozy est d'aller vers plus d'intégration européenne. En revanche, il ne veut pas de gouvernement économique supranational.

«OUI, je défends une vision fédéraliste de l'Europe», s'est enthousiasmé Nicolas Sarkozy, jeudi, devant ses homologues de l'eurozone. Les propositions franco-allemandes en faveur d'une meilleure gouvernance européenne ne visent pas à susciter un grand soir fédéral auquel les opinions publiques ne sont pas prêtes. L'initiative française part du constat que la crise de la dette grecque a révélé l'interdépendance des économies européennes. «Nous avons atteint un degré d'interpénétration que les plus fédéralistes d'entre nous n'imaginaient même pas. Le pacte de stabilité ne suffit plus», confirme un haut responsable européen.

Les propositions mettront de côté toute option supranationale. La proposition de créer la fonction de ministre européen des Finances, avancée par Jean-Claude Trichet, le patron de la Banque centrale européenne, a été clairement écartée par Paris. «L'idée du président est d'aller vers plus d'intégration européenne. En revanche,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant