Les pirates réclament des "rançongiciels" après avoir volé des données

le
0
Les pirates réclament des "rançongiciels" après avoir volé des données
Les pirates réclament des "rançongiciels" après avoir volé des données

Valerie Goss conseille les couples dont le mariage bat de l'aile. Un jour, cette Californienne allume machinalement son ordinateur... et se rend compte que la totalité de ses données ont été "prises en otages" par des pirates qui exigent une rançon en bitcoins.A l'aide d'un codage baptisé "ransomware" ou "rançongiciel", les cyberdélinquants sont parvenus à encrypter les données de Mme Goss, lui en interdisant l'accès. Les pirates lui demandent alors 500 dollars en bitcoins, une monnaie virtuelle très difficile à pister, en échange du sésame qui lui permettra de récupérer ses dossiers.Et ils préviennent: si elle ne paye pas dans les 24 heures, la rançon montera à 1.000 dollars."J'étais sous le choc. J'avais l'impression qu'on m'avait détroussée", raconte la thérapeute à l'AFP. "J'étais sous pression et je devais prendre une décision rationnelle. C'était totalement irréel".Son fils entreprend alors des recherches sur internet et constate qu'un quart des victimes de ce genre d'arnaques ne revoient jamais leurs données, même quand elles payent.Valerie Goss refuse de payer. A la place, elle s'achète un nouvel ordinateur qu'elle dote d'un logiciel de sécurité renforcé. Depuis sa mésaventure, elle ne manque pas de stocker toutes ses données sur un support qui n'est pas connecté à internet.Elle n'a bien sûr jamais revu ses données "kidnappées", mais elle a sans doute bien fait de ne pas céder aux pirates, estiment des analystes consultés par l'AFP."C'est malheureusement la bonne chose à faire", juge Marcin Kleczynski, expert chez Malwarebytes. "Lorsque vous payez une rançon, vous perdez votre argent et rien ne vous dit que vous allez récupérer vos données". - 'Menace très sérieuse' - Les "rançongiciels" n'ont rien de nouveau, mais ils connaissent un véritable engouement, relève M. Kleczynski.D'autant que les pirates ciblent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant