Les pilotes des forces spéciales en qualification montagne à Megève

le
1
Les pliotes militaires se forment en montagne sur des monomoteurs d'aéro-club.
Les pliotes militaires se forment en montagne sur des monomoteurs d'aéro-club.

Les estivants ont quitté Megève, mais l'activité de l'altiport à la Cote 2000 ralentit peu. Aux commandes des petits monomoteurs Jodel Mousquetaire de l'aéro-club, des pilotes militaires, en civil, habitués des avions de transport Transall C160 et Hercules C130, prennent le relais. Ces navigants de l'Escadron de Transport ET 3/61 Poitou basés à Orléans sont dédiés aux opérations aériennes des forces spéciales, celles dont, en principe, on ne parle jamais. En Afghanistan puis en Libye, maintenant au Mali, en Syrie ou en Irak, ces pilotes ont effectué des largages à très basse altitude à flanc de relief, déposé des commandos de nuit sur des pistes sommaires, récupéré des otages, etc. Des opérations dont on retrouve l'ambiance dans Les Missions des forces spéciales de Jean-Marc Tanguy aux éditions Altipresse.

Respectant les consignes de la hiérarchie, ces pilotes ne nous ont donc pas parlé directement. Le chef pilote de l'aéro-club de Megève, Bruno Muller, a bien voulu évoquer l'objet de leur formation en montagne. Lui-même ancien militaire, instructeur avion et planeur, il encadre aussi l'hiver les pilotes de la Sécurité civile (Canadair et Tracker) et les forme aux subtilités de l'aérologie en montagne. Il y a vingt-cinq ans, à la suite de plusieurs accidents, un audit avait montré que la pratique du vol en montagne pouvait aider les pompiers du ciel à mieux gérer les vents et les turbulences lors des interventions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fabandri il y a un mois

    C'est bien faite leur de la pub , pour que des gens mal intentionné aillent les identifier et puissent s'en prendre à eux et à leur famille