Les pieds de Dieu

le
0
Les pieds de Dieu
Les pieds de Dieu

Depuis 2007, le Centro Sportivo Italiano organise chaque année à Rome la Clericus Cup. Cette Coupe du monde des prêtres regroupe chaque année des centaines de religieux amateurs de football du monde entier. Et en 2015, c'est le PSG qui représentait la France.

"Relancer la tradition du sport dans la communauté chrétienne", voilà l'objectif de la Clericus Cup, fièrement affiché sur son site internet officiel. À l'origine de cette compétition sacrée, l'ancien cardinal secrétaire d'État du Saint-Siège, Tarcisio Bertone, adorateur devant l'Éternel du ballon rond. Aujourd'hui cardinal-évêque de Frascati, il a laissé derrière lui un tournoi qui regroupe chaque année de plus en plus d'équipes, qui viennent de plus en plus de séminaires. En 2015, elles étaient seize, réparties dans quatre poules de quatre. Le 7 mars dernier, les arbitres ont donné le coup d'envoi de la première journée de compétition. Absents de la compétition l'année passée, les joueurs du séminaire pontifical français de Rome, le Pontifico Seminario Gallico, ont hérité d'une poule plus que relevée, dans laquelle évoluait notamment le collège pontifical nord-américain, champion en titre.
Oh when the Saints...
Le père Jean-François Audrin, qui se définit lui-même comme "le vieux de l'équipe", est formateur au séminaire français. "Nous vivons dans une maison avec 45 jeunes et cinq formateurs. Ce sont donc des jeunes qui se préparent à devenir prêtres. Les évêques envoient quelques-uns de leurs gars ici à Rome pour qu'ils soient formés. Sur tous ces jeunes, il y en a beaucoup qui font du sport toute l'année", explique-t-il. Forcément, l'idée d'une équipe de football apparaît alors comme une évidence. D'autant qu'en Italie, les religieux ont moins de mal à trouver des infrastructures sur lesquelles s'entraîner qu'en France. "L'avantage, c'est qu'ici en Italie, contrairement à ce qu'on peut trouver en France, les paroisses ont gardé des terrains de football. C'est ce qu'on appelait les patronages chez nous, autrefois", raconte le père Audrain. Malgré un bon entraînement, les joueurs du PSG n'ont pas fait long feu lors de la Clericus Cup. Une déconvenue qui s'explique en fait assez facilement.

"Dans notre maison, on a plutôt des intellectuels que des footeux !" plaisante le père Audrin. Cet écart de niveau avec les prêtres brésiliens et américains s'explique d'abord par un manque de régularité. L'année dernière, le PSG n'avait effectivement pas participé à la Coupe du monde des prêtres. Les séminaristes français étaient occupés ailleurs, comme l'explique leur formateur : "L'année…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant