Les phoques divisent en baie de Somme

le
0
Les phoques divisent en baie de Somme
Les phoques divisent en baie de Somme

Ils font le bonheur des touristes qui les observent en baie de Somme, mais la colère des pêcheurs. Ceux-ci reprochent aux 415 phoques communs ou veaux-marins, la plus grande colonie de France, et 120 phoques gris leur trop grand appétit.

« Quand on discute avec des touristes, nous avons pour eux tort de nous plaindre, s’énerve Gérard Montassine, pêcheur retraité au Hourdel, membre du comité des pêches pour le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Mais les gens viennent en gros 4 x 4 noir et se disent écolos sans connaître le fonctionnement de la nature. »

Selon lui, ce sont 300 tonnes de poissons, avec une préférence marquée pour les poissons plats, comme les soles ou les carrelets, qui sont engloutis annuellement par les phoques. Autant de moins pour les 150 bateaux opérant normalement dans la zone, désormais obligés d’aller davantage au large. « Les phoques font l’objet de surprotection, en particulier au moment des naissances, déplore le retraité. C’est démesuré. Il semble que la colonie est en régression, ce qui prouve qu’il y a moins de poissons. »

« Il y a de vrais soucis pour l’alevinage, insiste Gérard Montassine. Ce sont les jeunes poissons qui sont prélevés. Nous demandons un état des lieux au parc naturel marin. » Voilà même déjà deux ans que les pêcheurs tirent la sonnette d’alarme, sans résultat. D’autant qu’entre les mammifères marins, l’ensablement de la baie de Somme et le projet de parc éolien offshore au large du Tréport et de Cayeux-sur-Mer, les pêcheurs craignent pour leur activité.

« La courbe des individus se stabilise, confirme de son côté Régis Delcourt, vice-président de Picardie Nature, en charge de la mission étude et protection des phoques. Dans les années futures, une épidémie peut revenir et faire baisser la colonie. Une étude générale a été menée récemment et ses conclusions transmises au parc naturel marin. » Pendant ce temps, avec leur bouille ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant