Les petits patrons peu convaincus par le plan emploi

le
4
LE PLAN EMPLOI LAISSE SCEPTIQUES LES PETITS PATRONS
LE PLAN EMPLOI LAISSE SCEPTIQUES LES PETITS PATRONS

PARIS (Reuters) - Le plan de relance de l'emploi présenté le 18 janvier par François Hollande a reçu un accueil réservé auprès des patrons de TPE, selon un sondage rendu public lundi.

Seuls 20% des 1.002 dirigeants d'entreprise de moins de 20 salariés interrogés dans le cadre du "baromètre des TPE" Fiducial-Ifop estiment que ce plan permettra une relance de l'emploi avant la prochaine élection présidentielle, alors que le président de la République a conditionné une éventuelle candidature en 2017 à une inflexion du chômage d'ici là.

La majorité d'entre eux (60%) estiment que ces mesures n'auront aucun impact.

Dans le détail, seuls le développement de l'apprentissage et le remplacement du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) par une baisse de cotisations sont jugés efficaces par une majorité d'entrepreneurs, avec respectivement 62% et 54% d'avis positifs.

Ils sont en revanche peu nombreux à s'attendre à ce que les autres mesures annoncées portent leurs fruits en termes de lutte contre le chômage, qu'il s'agisse de la prime à l'embauche de 2.000 euros pour les salaires compris entre un et 1,3 smic (22%), du plan massif de formation de 500.000 chômeurs (37%) ou du plafonnement des indemnités prud'homales (43%).

Ce sondage met également en évidence une nouvelle dégradation du moral des petits patrons. Ils ne sont que 20% à se déclarer optimistes pour le climat général des affaires en France (soit un recul de neuf points en six mois) et 44% à éprouver un tel sentiment pour leur propre activité (en baisse de sept points en six mois).

Cette inquiétude est confirmée dans une autre enquête réalisée par OpinionWay pour CCI France auprès de 605 dirigeants de TPE et PME, dont seuls 52% se disent confiants sur les perspectives de leur entreprise pour les douze mois à venir.

Il s'agit d'un plus bas d'un an, relèvent les auteurs de cette "grande consultation des entrepreneurs" réalisée par téléphone du 8 au 23 février.

L'enquête Fiducial-Ifop, également effectuée par téléphone, a porté sur un échantillon de 1.002 dirigeants de TPE de moins de 20 salariés (hors micro-entrepreneurs, ex-auto-entrepreneurs) interrogés du 28 janvier au 15 février.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berkowi il y a 11 mois

    De toute façon, tant que les patrons des petites, moyennes et grosses entreprises n'auront pas la possibilité de licencier le matin et d'embaucher le soir, ils ne seront pas content. Ha !! le bon vieux temps de l'esclavage, ça c'était sérieux. Si en plus on pouvait commencer à faire travailler les enfants vers 7 ou 8 ans, ça c'était le bon temps. Les patrons, jamais content.

  • jfvl il y a 11 mois

    N'ayant pas de syndicat ils n'auront même pas accès aux possibilités offertes par le référendum d'entreprise pour décider d'accords avec leurs salariés mais par contre ils auront droit aux contraintes supplémentaires...

  • ayerbe il y a 11 mois

    de toute façon dans ce pays le jour ou l'on sera d'accord avec quelque chose il fera chaud

  • lorant21 il y a 11 mois

    Ce gouvernement imagine que les patrons sont comme les élus et les fonx.. toujours à la recherche de primes..