Les petits arrangements des tricheurs de Saint-Pétersbourg

le
1
REPORTAGE - Dimanche en fin d'après-midi, les divers réseaux d'observateurs déployés dans les 1.753 bureaux de vote de Saint-Pétersbourg faisaient état de nombreuses irrégularités dans le déroulement du scrutin.


Il est bientôt huit heures ce dimanche matin et les six observateurs mandatés pour veiller au bon déroulement du scrutin présidentiel en Russie attendent, sagement assis sur un banc au fond de la classe, que le spectacle commence. Deux d'entre eux, des étudiants, militent contre les fraudes au sein de l'ONG Golos. Les autres représentent Vladimir Poutine, Mikhaïl Prokhorov ou Vladmir Jirinovski, tous candidats au pouvoir suprême. Attablés devant les registres électoraux, quatre assesseurs les observent en chuchotant, visiblement mal à l'aise. Mais voici qu'entre en scène le président du bureau de vote numéro 523 de Saint-Pétersbourg, Serguey Valerievitch Chebayev.

L'homme, qui porte beau, ne semble nullement décontenancé par la présence d'un tel public. Au contraire, il se lance dans une leçon de transparence électorale qui ne tarde guère à faire sourire les observateurs. «Il faut bien s'assurer qu'il n'y a pas d'orifice caché qui permettrait d'introduire des b

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mboudon2 le lundi 5 mar 2012 à 11:19

    inutile d'aller voir la paille dans l'euil du voisin. sommes nous encore en démocratie?