Les petites librairies sont à la peine

le
0
Les ventes sur Internet et dans les grandes enseignes menacent les indépendants. Les fermetures s'accélèrent.

Le monde de l'édition s'alarme de la situation des petites librairies. Depuis le 28 juillet, des encarts dans la presse invitent les lecteurs à retrouver le chemin de leurs librairies de quartier. «Des milliers de livres à ma disposition. Qui m'aidera à faire le bon choix si mon libraire n'est plus là?» explique la campagne, qui durera jusqu'à la fin août.

En mai dernier, une étude du cabinet Xerfi présentée lors des Rencontres nationales de la librairie à Lyon a mis le feu aux poudres. Certes, le marché du livre reste stable. Bon an mal an, il gagne ou perd de 1 à 2%. Depuis le début de l'année, il a ainsi progressé de 0,5% en valeur, selon GfK. Mais entre 2000 et 2010, la part de marché des librairies est passée de 20,8% à 17,2%. Dans le même temps, le poids des grandes sur­faces culturelles (Fnac, Virgin, espaces culturels Leclerc, Cultura...) a gagné 5,3 points, atteignant 22,5%. Et, surtout, les circuits de distribution en ligne (Fnac, Amazon...)

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant