Les petites confidences de Hollande devant les journalistes

le
1
Les petites confidences de Hollande devant les journalistes
Les petites confidences de Hollande devant les journalistes

Un moment avec les journalistes pour faire le tour de l'actualité. Ce lundi soir, François Hollande a dîné avec l'Association de la presse présidentielle et en a profité pour passer en revue les principaux dossiers. Conflit au Proche-Orient, politique internationale, réforme territoriale et même rumeur de mariage... 

La situation au Proche-Orient Le début du dîner a été marqué par une ambiance lourde, le président de la République évoquant la situation internationale avec gravité.

Assurant que la position de la France dans le conflit israélo-palestinien était équilibrée, rejetant ainsi les critiques de ceux qui estiment que la politique de la France est trop pro-israélienne, François Hollande a assuré que son gouvernement en faisait «beaucoup au niveau diplomatique».

Il a également évoqué la guerre en Syrie, et ses 180 000 morts en deux ans, pour laquelle il avait milité pour une intervention des Occidentaux. «Ce sera la tache indélébile de la communauté internationale, pour ne pas avoir agi. Ca restera le moment le plus difficile, le plus éprouvant de mon mandat».

Le 2e Mistral des Russes annulé ? Toujours au niveau diplomatique : les tensions avec la Russie. La livraison du 2e Mistral à la Russie «dépendra de l'attitude» de Moscou dans le conflit ukrainien, a ainsi averti François Hollande. «Cela dépendra de l'attitude de la Russie, je le dis très clairement. Mais à ce stade, il n'y a pas de sanction décidée qui nous obligerait à renoncer» à ce contrat.

«Et s'il devait y avoir des sanctions, cela interviendrait au niveau du Conseil européen et ça ne porterait que sur du matériel à venir. On n'en est pas là. On verra si les Russes se comportent mal» mais, a-t-il souligné, «Poutine est plutôt sur l'idée de faire des propositions politiques».

Concernant la livraison du 1er Mistral, le chef de l'Etat a martelé qu'en tout état de cause, elle aurait bien lieu. «Les Russes ont payé. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M931269 le mardi 22 juil 2014 à 10:20

    Un président en mal de reconquête d'une notoriété a jamais perdue .....tout est d'une platitude dans ces pseudos confidences ......!