Les personnes isolées sont toujours les premières victimes du surendettement

le
1
Les personnes isolées sont toujours les premières victimes du surendettement
Les personnes isolées sont toujours les premières victimes du surendettement

Le surendettement des ménages ne faiblit pas. Dans son enquête annuelle, publiée ce mercredi, la Banque de France analyse le profil de ces ménages surendettés. Une fois encore, les personnes isolées sont les premières concernées. Parmi les dossiers de surendettement jugés recevables en 2014, 64,6% d'entre eux concernent des personnes vivant seules et pour la majorité (51,5%) ils n'avaient aucune personne à charge. 

La Banque de France ne note pas de «changement majeur dans la typologie  des ménages surendettés» qui  «reste marquée par la fragilité des situations personnelles et professionnelles»

Les dossiers déposés en hausse 

De manière générale, cette étude montre que le surendettement concerne de plus en plus de Français. Le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a augmenté de 3,5% en 2014 soit 230 935 cas. Parmi eux 205 787 ont été jugés recevables. Le montant moyen des dettes par dossier a également augmenté pour passer de 38 446 euros en 2013 à 40 253 euros en 2014. 

La part des surendettés salariés en activité à baissé de 0,5 point tandis que celle des surendettés au chômage est restée stable. La plupart des ménages ont des ressources mensuelles inférieures ou égales à 2000 euros, des faibles revenus qui affectent la capacité de remboursement. Ainsi, dans 53,5% des cas, le ménage en difficulté ne présente aucune capacité de remboursement.

Les propriétaires aussi concernés 

Parmi ces dossiers, plus des trois-quarts (77,5%) concernaient des locataires mais la part des propriétaires et des propriétaires accédants a continué à croître, augmentant de 0,6 point pour atteindre 10,8%, a souligné la Banque de France. «Cette évolution, qui peut traduire des difficultés accrues de la part des personnes propriétaires ou accédant à la propriété, doit également être rapprochée de l'évolution des pratiques des commissions de surendettement qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 1 juil 2015 à 16:27

    Quel scoop de journaleux, vivre seul avec un seul smic, c'est plus que dur, à deux, avec 2 smics je ne dirais pas que c'est l'aisance, mais c'est franchement mieux financièrement.