Les personnes âgées, nouvelle cible des sectes

le
0
Les personnes âgées, nouvelle cible des sectes
Les personnes âgées, nouvelle cible des sectes

C'est un marché en pleine expansion... Les organisations sectaires internationales s'attaquent de plus en plus aux personnes âgées, notamment de 80-85 ans, selon le dernier rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Le bilan est inquiétant. Au cours de l'année 2011, la Miviludes a enregistré près de 2 300 saisines, soit une augmentation de 25% par rapport à 2010. Cette tendance se confirme en 2012, car sur les huit premiers mois de l'année, la Miviludes a été saisie 1 860 fois, ce qui représente une

augmentation de 22 % par rapport à la même période en 2011.

Ces statistiques mettent le jour sur un phénomène insidieux. De plus en plus, les victimes sont des «personnes âgées, fragilisées par l'âge, l'isolement, le deuil, la maladie, la perte des repères, l'altération des capacités physiques et intellectuelles» explique Serge Blisko, le président de la Miviludes. «Une fraction de la population vieillissante, à partir de 80-85 ans, est beaucoup plus à risques face aux dérives thérapeutiques et sectaires» confirme Bernard Ennuyer, docteur en sociologie, interrogé par la Miviludes.

Ces personnes vulnérables, deviennent donc des proies faciles pour les sectes, qui ne sont plus des grandes organisations, mais plutôt des «petits groupes centrés autour d'un individu qui impose sa loi aux adeptes», note Serge Blisko.

Leur précédé est le suivant : les groupes sectaires appâtent une personne, «le plus souvent à un moment critique de sa vie, et l'amènent peu à peu par d'insidieuses man?uvres psychologiques, parfois avec des pressions physiques, à perdre son autonomie et son libre arbitre». Comme par exemple, les «reclus de Monflanquin», cette famille tombée sous l'emprise d'un escroc pendant des années et aujourd'hui ruinée. «Ce ne sont pas tant des cibles à recruter que des sources potentielles de revenus et de capitaux», ajoute...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant