Les pères multiplient les opérations coup-de-poing

le
0
Quatre d'entre eux campent depuis jeudi en haut de la cathédrale d'Orléans pour dénoncer des problèmes de garde d'enfants.

La grue jaune de Nantes fait école. Le mouvement des pères en colère a pris son envol depuis février, date à laquelle un papa s'était retranché dans l'engin à une hauteur vertigineuse pour réclamer le rétablissement de son droit de visite auprès de son fils.

Cette semaine, c'est la cathédrale d'Orléans qui s'est transformée en tribune pour huit pères séparés en mal d'enfant, soutenus par une mère. «Rapt parental, justice complice» ou encore «Pères bafoués, enfants volés, ça suffit», dénoncent les banderoles pendues sur les dentelles de pierre de l'édifice gothique occupé par le petit groupe depuis jeudi. Seuls quatre pères, munis d'une tente, de duvets, de vivres et de téléphones, ont passé la nuit de jeudi à vendredi sur la terrasse de l'imposant monument.

Depuis le coup d'éclat médiatique de Serge Charnay à Nantes, «rien n'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant