Les peintures préhistoriques, un théâtre d'ombres chinoises ?

le
0
Photo of replicas of wall paintings of the prehistoric Lascaux cave taken on September 11, 2010 in Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, near Lascaux, southwestern France. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE
Photo of replicas of wall paintings of the prehistoric Lascaux cave taken on September 11, 2010 in Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, near Lascaux, southwestern France. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

(AFP) - Et si nos aïeux avaient utilisé l'ombre portée de statuettes d'animaux sur les parois des grottes de Lascaux, Chauvet ou Altamira pour produire les chefs-d'oeuvre de l'art pariétal ? C'est la théorie inédite défendue dans "La plus vieille énigme de l'humanité" (Fayard) par deux auteurs.

Tous deux non préhistoriens, Jean-Jacques Lefrère, professeur de médecine, et Bertrand David, peintre et dessinateur, racontent dans ce livre comment ils ont imaginé et expérimenté ce procédé.

Les hommes préhistoriques auraient utilisé, selon eux, l'ombre portée d'une figurine sculptée pour tracer d'un trait sûr le contour d'un cheval ou d'un bison sur la paroi des grottes, la source lumineuse étant une lampe à graisse placée derrière la statuette.

"J'ai eu cette intuition en étudiant les grottes ornées pour un projet", explique à l'AFP M. David, fasciné par le mystère des oeuvres réalisées par nos lointains ancêtres du Paléolithique supérieur.

"Nous avons fait de nombreuses expériences en appliquant un protocole rigoureux. Toutes se sont révélées concluantes", affirme-t-il.

A l'appui de leur thèse, les auteurs avancent plusieurs arguments: les figures d'animaux sont toujours de profil, comme des silhouettes. Et si le contour de l'animal est précis, l'intérieur est en général moins élaboré.

Par ailleurs, les figurines pouvaient être transportées aisément par ces nomades et le procédé transmis. Selon eux, il est aussi plus facile de modeler une figurine que de dessiner de mémoire un animal.

Pourquoi cette idée n'a-t-elle jamais été avancée par des préhistoriens ?

"C'est tellement simple que cela paraît presque trivial. Certains sont cependant passés très près", assure M. Lefrère, également historien de la littérature.

"Ce que nous voudrions, c'est que ce livre grand public permette aussi à des spécialistes de nous opposer des arguments, qu'il y ait débat et que notre hypothèse fasse avancer la connaissance", dit-il.

Diversité

Pour Jean Clottes, spécialiste de l'art pariétal qui a dirigé les recherches sur la grotte Chauvet, en Ardèche (plus de 400 figures d'animaux datant de plus de 30.000 ans avant notre ère), la théorie des auteurs est "peu plausible".

"On ne peut pas prouver que ce procédé n'a jamais servi, mais cela va à l'encontre de la diversité des représentations. Deux bisons, deux lions ou deux chevaux ne sont jamais pareils, y compris dans la même grotte", explique-t-il à l'AFP.

"Si les dessins étaient stéréotypés, on pourrait éventuellement l'envisager, mais il n'en est rien. Et pourquoi auraient-ils fabriqué des tonnes de figurines plutôt que de dessiner ? Ils ne dessinaient pas d'après nature, c'étaient des images mentales. Les Aborigènes le font toujours", relève le préhistorien.

"Il n'y a d'homogénéité de l'art préhistorique que pour ceux qui le regardent de loin", renchérit Gilles Tosello.

"Cela ne veut pas dire que lumière et ombres, qui révélaient, accentuaient ou masquaient telle ou telle représentation, ne jouaient pas un rôle essentiel dans cet art", remarque ce préhistorien et artiste.

"Mais ce courant a duré autant que les cultures qui le portaient: près de 30.000 ans. Il possède des traits communs, comme les arts de toute époque, mais aussi de fortes différences stylistiques".

"Quand on voit le talent, la diversité des tempéraments, des techniques, nul besoin, selon lui, d'avoir recours à des stratagèmes".

("La plus vieille énigme de l'humanité" (Fayard) - Bertrand David et Jean-Jacques Lefrère - 175 p. - 16 euros - en librairie le 16 janvier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant