Les pays européens suspendent leur aide électorale au Burundi

le , mis à jour à 18:21
0

BUJUMBURA, 11 mai (Reuters) - L'Union européenne et plusieurs de ses membres ont suspendu le versement de l'aide promise au Burundi pour l'organisation des prochaines élections, après la répression des manifestations contre la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, ont annoncé lundi des diplomates. Réagissant à la mort d'au moins 19 personnes depuis le début du mouvement de contestation il y a plus de deux semaines, l'UE, la Belgique et les Pays-Bas ont bloqué les transferts de fonds jusqu'à ce que les conditions d'un scrutin équitable soient réunies, ont-ils dit. La Belgique a également suspendu une partie de son aide destinée à la police burundaise. L'aide internationale représente environ la moitié du budget du Burundi, dont les pays européens sont les premiers contributeurs. L'émissaire de l'UE dans la région des Grands lacs, Koen Vervaeke, a indiqué que les Vingt-Huit avaient pour le moment versé six des huit millions d'euros affectés à l'organisation des élections. "Il est hors de question de débloquer les deux millions d'euros (manquant) si les conditions d'une élection libre, pacifique et crédible ne sont pas réunies", a-t-il déclaré pendant une conférence de presse à Bujumbura. L'opposition a demandé le report des élections législatives prévues le 26 mai et de la présidentielle du 26 juin. La Belgique, ancienne puissance coloniale, a également suspendu le versement de deux millions d'euros sur les quatre promis pour les élections, ainsi que sa participation à un programme de formation de la police de cinq millions d'euros co-financé par les Pays-Bas. (Patrick Nduwimana, avec Robert-Jan Bartunek à Bruxelles; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant