Les pays des Balkans réunis à Vienne sur la crise migratoire

le
0
    VIENNE, 24 février (Reuters) - Vivement critiquée par 
Athènes, l'Autriche défend son idée d'organiser ce mercredi à 
Vienne une réunion sur la crise migratoire qui réunit les pays 
de la "route des Balkans" empruntée par les migrants mais dont 
sont exclues la Grèce, premier point d'entrée en Europe, et 
l'Allemagne, principale destination des demandeurs d'asile. 
    Pour le gouvernement autrichien, il est absolument 
nécessaire de tenter de coordonner les mesures de contrôle et de 
restriction aux frontières en l'absence d'une politique 
européenne claire et cohérente. 
    Dénonçant cette réunion de Vienne qui rassemble les 
ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de dix pays, 
la Grèce a estimé mardi que l'UE ne devait pas "tolérer que 
certains Etats membres agissent de leur propre chef". 
    "Il n'y a toujours pas de solution européenne en vue", a 
constaté mercredi matin le chef de la diplomatie autrichienne, 
Sebastian Kurz, avant l'ouverture de la réunion. "C'est la 
raison pour laquelle il est nécessaire de prendre des mesures au 
niveau national." 
    "Côté grec, on ne constate aucune volonté de réduire le 
flot" de migrants, a ajouté le ministre autrichien. "Ce que 
veulent les Grecs, c'est tout simplement transporter les 
réfugiés aussi vite que possible vers l'Europe centrale." 
    "Nous croyons tous à une solution européenne et nous y 
travaillons aussi", a déclaré quant à elle la ministre 
autrichienne de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner. "Mais voilà 
la question: quand donc viendra cette solution européenne ?" 
    Les dix pays représentés à la réunion de Vienne sont 
l'Autriche, la Serbie, la Macédoine, la Slovénie, l'Albanie, la 
Bosnie, la Bulgarie, la Croatie, le Monténégro et le Kosovo. 
 
 (Francois Murphy et Maja Zuvela; Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant