Les pays d'Europe centrale refusent un "mini-Schengen"

le
0
    PRAGUE, 3 décembre (Reuters) - La République tchèque, la 
Slovaquie, la Hongrie et la Pologne ont rejeté jeudi l'idée de 
la constitution d'un "mini-Schengen" évoqué la semaine passée 
par le président de l'Eurogroupe mécontent des réticences de 
certains pays à participer au programme d'accueil des réfugiés. 
    "Il y a un consensus au sein du V4, nous rejetons un 
mini-Schengen et nous voulons nous concentrer sur la protection 
des frontières extérieures" de l'Union européenne, a déclaré 
Bohuslav Sobotka, ministre tchèque des Affaires étrangères. 
    Dans une interview publiée vendredi par les quotidiens des 
affaires belges De Tijd et L'Echo, le président de l'Eurogroupe 
Jeroen Dijsselbloem estimait que la zone Schengen ne pouvait pas 
être viable si seulement une poignée de pays membres acceptaient 
la plupart des réfugiés qui ont afflué en Europe ces derniers 
mois. 
   Dijsselbloem évoquait la possibilité que certains Etats se 
retrouvent exclus d'une "mini-zone Schengen". 
    "Si nous ne surveillons pas les frontières externes de 
l'UE28, si nous ne surveillons pas les frontières externes de 
l'espace Schengen, il est alors peut-être utile de le faire au 
niveau d'un mini-Schengen. Et si cela ne fonctionne pas, ce sera 
chacun pour soi. Je ne souhaite pas qu'on en arrive là", 
déclarait le ministre néerlandais des Finances. 
     
 
 (Robert Muller; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant