Les Pays-Bas ont vécu l'enfer

le
0
Les Pays-Bas ont vécu l'enfer
Les Pays-Bas ont vécu l'enfer

Solidaire, inépuisable, infranchissable. Dans un match capital, la Turquie a marché sur les Pays-Bas (3-0) grâce à un Arda Turan de gala (un but, une passe dé'). Les Turcs chipent la troisième place, synonyme de barrages, aux Oranje qui, pour la première fois depuis 32 ans, pourraient bien manquer l'Euro.


Turquie - Pays-Bas
(3-0)

O. Ozyakup (8'), T. Arda (26'), B. Yılmaz (85') pour Turquie


L'image en dit long. L'arbitre vient à peine de siffler la mi-temps et Arda Turan, pris de crampes après un énième tacle rageur, est en grande difficulté pour rejoindre les vestiaires. Preuve du rythme insoutenable imprimé par la Turquie dans un match aux allures de mort subite. Une bonne heure plus tard, les grimaces ont disparu du visage du néo-Barcelonais. Auteur d'une passe décisive et d'un but, le capitaine, interdit de compétition avec le Barça jusqu'en janvier, a offert un sursis aux Turcs. Plongeant dans le même temps les Pays-Bas dans une crise majeure. Car, distancés au classement par l'Islande et la République tchèque, Robin van Persie, Wesley Sneijder, Memphis Depay and cie se dirigent sur le même chemin que leurs aînés Ronald Koeman, Ruud Gullit, Frank Rijkaard et Marco van Basten, non qualifiés pour l'Euro 1984... en France. Il restera deux matchs aux Turcs et Néerlandais pour accrocher une troisième place synonyme de barrages. Pour l'heure, avantage Turquie.

La Torku Arena, l'enfer sur terre


"Bienvenue en enfer" semblent dire les 42 000 âmes de la Torku Arena. Dans une ambiance bouillonnante, les Turcs profitent des doutes néerlandais. Ils harcèlent le porteur de balle et sautent à la gorge des Bataves dès l'entame de match. Eux aussi sont dos au mur, condamnés à gagner après un très mauvais début de campagne. Et ça paye. Après une nouvelle récupération de balle, Arda Turan lève la tête, ouvre son pied droit et met Oğuzhan Özyakup sur orbite. Le milieu de Beşiktaş, né aux Pays-Bas, a hésité entre les sélections turque et néerlandaise. Mais pas devant le but. Très mal couvert par la défense des Oranje, Ozyakup plonge la Torku Arena dans un état second d'un subtil ballon piqué (1-0, 8e). Le départ parfait, tout comme le coup franc d'Hakan Çalhanoğlu, spécialiste du genre, déposé sur la tête non cadrée de Serdar. Ultra dominatrice au milieu, la Turquie ne lâche pas le steak. Les…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant