Les Pays-Bas ferment Utopia, site de vente de drogues et armes

le
0
Les Pays-Bas ferment Utopia, site de vente de drogues et armes
Les Pays-Bas ferment Utopia, site de vente de drogues et armes

Le site de vente en ligne de drogues et armes "Utopia", semblable à "l'eBay de la drogue" Silk Road, a été fermé et cinq suspects ont été interpellés, a annoncé mercredi le parquet néerlandais.Accessible via la plateforme gratuite TOR, qui garantit de pouvoir surfer en tout anonymat sur internet, le site "Utopia" permettait d'acheter cannabis, ecstasy, cocaïne, armes à feu et cartes de crédit volées, notamment.Payés à l'aide de bitcoins, monnaie s'échangeant en ligne anonymement de gré à gré, ces achats pouvaient être envoyés à travers le monde."Des agents infiltrés ont pu acheter à plusieurs reprises de la drogue et des armes à feu", a indiqué le parquet néerlandais dans un communiqué, selon lequel les policiers ont finalement réussi à établir le contact avec les suspects.Lors de leur infiltration, les agents ont même été payés pour tuer quelqu'un.Selon des captures d'écran diffusées par le site DeepDotWeb, Utopia proposait notamment 50 pilules d'ecstasy "blue Nintendo" au prix de 207 euros (0,345 bitcoins au cours d'alors).L'enquête de police, dont le nom de code est "Commodore", portait sur les sites Utopia et Black Market Reloaded (BMR), ce dernier ayant selon le parquet "quitté le web après une forte affluence de visiteurs fin de l'année passée".Selon la même source, cette forte affluence sur BMR était due au fait que les autorités américaines avaient fermé en octobre le site "Silk Road", surnommé "l'eBay de la drogue".Les serveurs grâce auxquels tournait Utopia se trouvaient en Allemagne, à Bochum et Düsseldorf (est), et ont été saisis mardi.Cinq suspects âgés de 21 à 46 ans ont été interpellés dans cette affaire, quatre aux Pays-Bas et un en Allemagne. Les Pays-Bas ont demandé son extradition.Pour accéder anonymement à Utopia, il fallait passer par le logiciel libre et gratuit TOR (acronyme de "The Onion ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant