Les patrons excédés par la nouvelle taxe sur l'EBE

le
0
Les patrons des entreprises de taille intermédiaire n'ont pas de mots assez durs pour dénoncer la taxe sur l'EBE. Témoignages.

? Bruno Granjean, patron de Redex, entreprise familiale leader dans le secteur de la machine-outil implantée en France et en Allemagne, ne décolère pas contre la nouvelle taxe sur l'EBE qui va «impacter les entreprises qui investissent dans leur outil de production plus que celles qui ne font pas l'effort». Son entreprise, qui réalise un chiffre d'affaires un peu supérieur à 50 millions d'euros, paie actuellement plus de 100 000 euros d'impostion forfaitaire annuelle (IFA) et de contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S). «Avec la taxe sur l'EBE, nos prélèvements vont augmenter de 10 % à 20 %», a-t-il calculé. Venu écouté Pierre Moscovici aux universités d'été du Medef, il avait été rassuré par les propos du ministre sur la concertation. «Résultat, c'est la douche froide et une perte de confiance dans nos interlocuteur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant