Les patrons de la CGT et du Medef se trouvent des convergences

le
1
QUAND PIERRE GATTAZ ET THIERRY LEPAON SE TROUVENT DES CONVERGENCES
QUAND PIERRE GATTAZ ET THIERRY LEPAON SE TROUVENT DES CONVERGENCES

PARIS (Reuters) - Les nouveaux patrons de la CGT et du Medef se découvrent des convergences et souhaitent notamment de concert une remise à plat des aides publiques, même si leurs positions restent aux antipodes sur des sujets comme les retraites.

Dans une interview croisée à paraître samedi dans l'hebdomadaire Marianne, Pierre Gattaz dénonce "la financiarisation à outrance" de l'économie et dit incarner "un capitalisme qui veut récréer de l'emploi en France dans la durée, réhabiliter le travail et l'outil de travail".

"Ces préoccupations nous rapprochent, avec Thierry Lepaon", souligne le successeur de Laurence Parisot à la présidence de la principale organisation patronale française, le Medef.

Le secrétaire général de la CGT dénonce certes les politiques qui "ne voient dans le travail qu'un coût à rabaisser" mais estime que la France ne repartira d'un bon pied "qu'en remettant la valeur travail" au coeur de la société.

Il critique le "droit indifférencié" des entreprises à profiter de 200 milliards d'euros d'aides publiques et souhaite le retour à une politique d'aides ciblées.

"Il est tout à fait normal d'évaluer les aides que l'on distribue aux entreprises", répond Pierre Gattaz. "Sur le fond, je préfèrerais même que nous recevions moins d'aides ou des aides choisies en fonction de leur efficacité."

Thierry Lepaon salue une "bonne nouvelle" dans cette volonté exprimée par le président du Medef de "travailler sur l'efficacité des aides publiques".

"La CGT ne sera donc plus la seule organisation à réclamer cette remise à plat et je pense que si le patronat et les syndicats de salariés revendiquent auprès de François Hollande le droit de travailler le sujet, ils peuvent être entendus."

HARMONISATION EUROPÉENNE

Les deux hommes se retrouvent encore sur l'idée d'une harmonisation économique et sociale de l'Europe, même s'ils n'en ont pas nécessairement la même vision.

"Je suis en partie d'accord : il faut harmoniser l'Europe sur le plan économique et social aussi rapidement que possible", déclare ainsi Pierre Gattaz en réponse à une charge de son interlocuteur contre le "dumping social".

Le secrétaire général de la CGT défend un modèle allemand dans lequel les entreprises "mobilisent leurs personnels en leur accordant un droit de regard sur leur stratégie et leur plan de formation" ?

"Sur le long terme, Thierry Lepaon a sans doute raison", répond Pierre Gattaz, qui lance cependant une mise en garde contre un surcroît de contraintes pour les entreprises.

Sur la réforme des retraites, le fossé reste entier entre une CGT opposée à tout allongement de la durée de cotisation ou tout report de l'âge légal et un Medef pour qui ce sont là les seuls leviers à actionner.

"Thierry Lepaon notera que, comme la CGT, nous ne prônons pas une baisse des pensions ou une hausse des cotisations salariales, nuisibles au pouvoir d'achat", déclare cependant Pierre Gattaz, qui se dit apolitique et admet que les problèmes de la France "ne datent pas de l'élection de François Hollande" à la présidence de la République.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vd46 le jeudi 25 juil 2013 à 17:42

    enc...les verts ? sûr qu'ils sont d'accord et nous aussi !