Les patrons anglais encouragent Cameron

le
0
Face à la menace d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, le patronat et les travaillistes cherchent à réahbiliter les vertus de l'Europe face à une opinion de plus en plus sceptique.

La marge de man½uvre de David Cameron à Bruxelles est d'autant plus réduite qu'il est sous pression d'une base antieuropéenne très virulente au sein de son parti conservateur, et d'une opinion britannique tentée par la porte de sortie de l'Union qui semble s'ouvrir à elle. C'est pourquoi le premier ministre s'est senti contraint d'arriver au sommet avec une position très ferme sur le maintien du rabais britannique et sur un gel des dépenses.

Autrefois hostile à une telle perspective, Cameron s'est rallié à l'idée d'un référendum redéfinissant les liens entre Londres et l'Europe. Il le souhaite après 2015 et pas sur une question «in or out», mais de nombreux membres de son parti veulent lui tordre le bras pour qu'il l'organise avant cela et qu'il offre un choix clair sur u...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant