Les patrons allemands font des fleurs aux seniors pour les retenir

le
0

Faible natalité oblige, les entreprises allemandes manquent cruellement de main-d'?uvre qualifiée et expérimentée.

Pour un travailleur français qui serait sur le point de partir à la retraite, pareille offre semble difficile à imaginer: «restez encore un peu dans l'entreprise et je vous offre des congés en plus». Dans l'Hexagone, beaucoup de salariés, une fois franchi le cap des 55 ans, ont le sentiment d'être devenus de coûteux indésirables. Une idée répandue que les chiffres confirment. Depuis 2006, le taux de chômage des seniors n'a cessé de progresser. De l'autre côté du Rhin, c'est une tout autre histoire: les 55-64 sans emploi sont passés de 13% en 2006 à quelque 5%.

Une baisse de salaire de 13%

Faible natalité oblige, les entreprises allemandes manquent cruellement de main-d'½uvre qualifiée et expérimentée. Et ce déficit va se creuser. Aussi les patrons multiplient-ils les efforts pour garder leurs seniors. Pas à n'importe quel prix, ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant