Les partis politiques vaccinés contre les cyberattaques

le
0
Les partis politiques vaccinés contre les cyberattaques
Les partis politiques vaccinés contre les cyberattaques

Prévenir plutôt que guérir dans l'urgence. Tous les candidats en campagne utilisent de plus en plus les réseaux sociaux, sites Internet et autres bases de données stockées en ligne. Revers de ce bond technologique : ils se retrouvent face à une menace virtuelle et déstabilisante qui pourrait plomber pour de bon leurs ambitions.

 

D'où un travail pédagogique indispensable pour les formations politiques. « Les menaces évoluent avec des mafias, des groupes industriels puissants ou des cyber-djihadistes qui veulent exploiter les vulnérabilités de notre démocratie » insiste en préambule Louis Gautier, le patron du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN) qui accueille ce séminaire, véritable piqûre de rappel.

 

Et de rappeler le piratage dont a été victime la chaîne TV5 en avril 2015 ou l’interception et la divulgation d’e-mails de dirigeants du Parti démocrate américain imputés à des militants islamistes ou à des hackers russes.

 

Seul le Front National boude le séminaire

 

Tout le spectre politique est invité à cette discrète réunion sur les bons réflexes à prendre et à transmettre aux troupes en matière de sécurité informatique. Seul le Front National n’a pas répondu à l’invitation. Le ton du séminaire est volontairement alarmiste. Responsables informatiques ou secrétaires à la communication tendent l’oreille et prennent des notes dans un silence quasi religieux.

 

«90% des primo-infections par un virus se font par un e-mail ou par un lien ouvert sur Facebook. Cela fait toujours désordre de voir son site tomber à cause d’une action peu évoluée comme l’attaque par déni de service avec une saturation des serveurs ou un mot de passe facile à deviner » prévient Bruno Marescaux, le sous-directeur de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) dont les techniciens et conseillers se surnomment les « pompiers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant