Les partis kabyles divisés sur le boycott des législatives algériennes

le
0
En Kabylie, place forte de l'opposition en Algérie, on s'attend à une abstention record aux législatives de jeudi, malgré le retour dans le jeu politique, après 15 ans d'absence, du Front des forces socialistes.

De notre envoyé spécial à Tizi Ouzou.

Le retour dans l'arène politique algérienne du Front des forces socialistes (FFS), le plus vieux parti d'opposition du pays, s'est effectué sur la pointe des pieds. Dans son fief de Kabylie, à Tizi Ouzou, où il réunissait naguère des dizaines de milliers de personnes, seulement quelques centaines de ses sympathisants ont assisté à ses deux «grands» meetings. Commencée au stade de la ville, sa campagne, faute de supporteurs, s'est achevée dans une plus modeste salle omnisports. Sur le parquet normalement dévolu aux jeux de balles, trois cents personnes, principalement des hommes d'un certain âge, cachaient mal, le dimanche 6 mai à midi, le peu d'appétit des Algériens pour les élections en général, et plus particulièrement pour ce scrutin législatif du jeudi 10 mai.

La population de Tizi Ouzou, tous âges et sexes confondus, s'est en revanche pressée, le 5 et 6 mai, à la maison de la culture de la ville pour un hommage

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant