Les partenaires sociaux campent sur leurs positions

le
0
LES PARTENAIRES SOCIAUX CAMPENT SUR LEURS POSITIONS
LES PARTENAIRES SOCIAUX CAMPENT SUR LEURS POSITIONS

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les partenaires sociaux français ont campé sur leurs positions jeudi, lors de leur première session de négociation sur la réforme du marché du travail, que François Hollande souhaite voir aboutir à un "compromis historique" d'ici fin 2012.

Cette première séance a surtout été l'occasion pour les huit délégations - CFDT, CGT, Force ouvrière, CGC, CFTC du côté syndicats, Medef, CGPME, UPA du côté patronal -, d'exposer de nouveau leurs positions sur les quatre thèmes de la négociation.

"Chacun a exposé ses attentes et ses exigences. Il n'y a pas eu de surprise. Pour l'instant, on n'est pas entré dans le vif du sujet, on a planté le décor et parlé de méthode", a résumé le négociateur de la CFDT, Patrick Pierron. "J'espère qu'à la prochaine réunion, nous dépasserons le constat."

"On est sur un sujet hypersensible qui peut entraîner des modifications substantielles du code du travail avec toutes les peurs que cela suppose", a-t-il souligné.

La négociation porte sur quatre points : la lutte contre la précarité du travail et le recours massif aux contrats courts, une meilleure anticipation de l'évolution de l'activité pour éviter les ruptures brutales, l'amélioration des dispositifs de maintien de l'emploi en cas d'aléas économiques et l'amélioration des procédures de licenciements collectifs.

Chacun de ces points fera l'objet d'une des quatre prochaines sessions, le point quatre, sans doute un des plus délicats, étant laissé pour la fin.

L'une des clefs de la négociation réside dans la difficulté de concilier l'aspiration des entreprises à plus de flexibilité du marché du travail et la volonté des organisations syndicales d'améliorer la sécurisation de l'emploi.

"Nous souhaitons avoir des mesures qui aillent vers l'adaptation et la souplesse des entreprises", a rappelé le négociateur du Medef, pour qui il s'agit notamment de permettre aux entreprises de restaurer des marges aujourd'hui laminées par la crise et une perte de compétitivité.

"On a besoin d'un bol d'air", a ajouté Patrick Bernasconi. "Mais il faut aussi comprendre que si nous pouvons avancer sur ce sujet-là, nous sommes prêts à avancer sur d'autres sujets."

"FLEXIBILITÉ SAUVAGE"

Un plaidoyer dans lequel la CGT et FO ont surtout retenu la volonté des entrepreneurs d'obtenir plus de souplesse dans la gestion de leurs effectifs salariés.

A la sortie de la réunion, qui a duré toute la matinée au siège du Medef et débordé sur le début de l'après-midi, Agnès Le Bot, négociatrice de la CGT, a dénoncé une "offensive" de la principale organisation patronale pour obtenir plus de flexibilité du marché du travail.

"Ça ne doit pas être à l'ordre du jour. En tout cas, ça ne doit pas être la voie sur laquelle on s'engage", a-t-elle dit aux journalistes présents.

"Le mandat de FO, c'est de sécuriser l'emploi et non davantage de flexibilité pour les entreprises et le patronat. Il y en a déjà assez dans ce pays", a renchéri son homologue de Force ouvrière, Stéphane Lardy.

Plus conciliant, le représentant de la CFDT a estimé qu'il fallait clarifier ce que recouvrait le mot flexibilité.

"Je pense qu'on est dans la flexibilité sauvage", a déclaré Patrick Pierron. "La question est de savoir comment on sécurise les parcours et comment on réduit le côté sauvage du turn over qu'il y a dans les entreprises aujourd'hui."

Si le négociateur de FO a dit ne pas attendre de "miracle" de cette négociation, aucun participant n'a voulu préjuger de la suite et de l'issue des discussions, qui reprendront jeudi prochain sur le premier point de la feuille de route fixée par le gouvernement - la lutte contre la précarité de l'emploi.

"Au-delà des postures, il faut voir si on peut trouver un chemin", a déclaré le négociateur du Medef. "Il faut essayer de trouver un juste milieu."

Patrick Bernasconi a insisté, comme son homologue de la CFDT, sur la nécessité d'aboutir in fine sur un accord global couvrant l'ensemble des thèmes de la négociation.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant