Les parlementaires turcs font un pas vers la levée de l'immunité

le
0
 (Actualisé avec détails, contexte) 
    ISTANBUL, 20 mai (Reuters) - Le parlement turc a adopté 
vendredi le premier article d'un projet de révision 
constitutionnelle supprimant l'immunité dont bénéficient les 
élus à l'égard de poursuites judiciaires, une mesure que 
l'opposition pro-kurde juge destinée à la priver de 
représentation nationale. 
    Cette disposition a été adoptée par 373 voix sur 550, soit 
plus que la majorité des deux tiers (367 voix) requise pour 
procéder à une modification de la loi fondamentale turque sans 
avoir recours à un référendum. 
    Le parlement doit procéder vendredi à deux autres votes sur 
des dispositions complémentaires de ce projet de réforme pour en 
déterminer la forme définitive. 
    Le président Recep Tayyip Erdogan accuse le Parti 
démocratique des peuples (HDP, pro-kurde), troisième force 
politique du pays, d'être la vitrine politique des activistes 
kurdes qui mènent une insurrection dans le sud-est de la Turquie 
à majorité kurde. 
    Les adversaires d'Erdogan expliquent que cette initiative 
fait partie de sa stratégie pour chasser le HDP du parlement et 
pour renforcer la position du parti Justice et Développement 
(AKP) au pouvoir afin d'obtenir l'instauration d'un régime 
présidentiel qu'il réclame. 
    Pour Selahattin Demirtas, co-président du HDP, la 
suppression de l'immunité parlementaire va avoir pour 
conséquence d'engendrer des violences et d'étouffer le processus 
démocratique en Turquie. 
    La réfome constitutionnelle doit permettre d'engager des 
poursuites judiciaires contre des parlementaires qui font déjà 
l'objet d'une enquête, soit 138 élus dont 101 appartiennent au 
HDP ou au Parti républicain du peuple (CHP), première force de 
l'opposition. 
    Le HDP fait valoir que la grande majorité de ses 59 députés 
risquent d'être envoyés en prison, principalement en raison des 
opinions qu'ils défendent. Cela pourrait aboutir à priver ce 
parti d'une représentation nationale, affirment-ils. 
     
 
 (Gulsen Solaker et Humeyra Pamuk; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant