Les parlementaires socialistes en ordre divisé

le
0
La politique gouvernementale ne fait pas l'unanimité chez les socialistes et ces divergences de ligne politique devrait apparaître à La Rochelle pour les universités d'été du PS, fin août.

«Bruno Le Roux, c'est Charles Vanel dans Le Salaire de la peur», lance un député socialiste expérimenté. Dans le film de Clouzot (1953), quatre hommes véhiculent au péril de leur vie un chargement de nitroglycérine sur 500 kilomètres de routes défoncées. Jo (Vanel) y perdra sa jambe, écrasée par un camion. «Je n'aimerais pas faire ce que fait Bruno. Le groupe est ingérable, disparate, indiscipliné», ajoute le député. Et parfois inexpérimenté: plus de la moitié de ses membres (154 sur 292) ont été élus en 2012. «Bruno subit les injonctions à répétition de l'Élysée et de Matignon. Cela ne lui rend pas service», confie même un de ses soutiens.

Selon le député de la Nièvre Christian Paul, les nouveaux élus proviennent de «deux filières»: «l'enracinement local et l'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant